Evacuation d’un camp Bulgare à Blagnac

14 Nov 2017 Evacuation d’un camp Bulgare à Blagnac

Ci dessous l’article de la Dépêche du Midi du 08/11/2017 :

Au fil des années, les caravanes et les installations de fortune du campement de Bulgares des 15-sols n’attiraient même plus l’attention, en bordure de l’aire d’accueil des gens du voyage. Au fil des années aussi, la population n’a cessé de croître avec des naissances et des arrivées extérieures. Jusqu’à hier matin, 46 personnes vivaient dans ce paysage de désolation entre la Garonne et la zone maraîchère.

«Je me suis rendu sur le campement avant l’été et ce que j’ai vu était désolant», raconte Joseph Carles, maire de Blagnac, présent dès 8 heures, hier, au moment de l’évacuation. «Je ne pouvais pas laisser des enfants vivre dans des conditions d’existence aussi précaires. C’était inhumain. J’ai donc demandé au préfet de faire démanteler le campement. Cette action a été coordonnée par la préfecture avec l’aide des services de Toulouse Métropole et de la ville de Blagnac, ainsi que des équipes de la Croix Rouge, de l’association Soliha, de l’Ordre de Malte et d’Agir pour les animaux que je remercie. Je remercie aussi les bailleurs sociaux qui nous ont permis de trouver des logements. La ville a pris sa part de responsabilité en meublant les logements et en déménageant les affaires personnelles».

Alors que des colis alimentaires et une aide d’urgence ont été fournis, notamment pour les jeunes enfants, ces familles vont être à présent suivies par les services sociaux de l’État pour les aider à s’intégrer et à trouver de nouveaux repères.

«Il s’agit d’une opération humanitaire et non pas de police qui a été menée avec les associations dans le cadre d’une décision de justice», explique Frédéric Rose, directeur de cabinet du préfet, lui aussi sur les lieux. «C’est la première fois que ce dispositif est mené à Blagnac. À Toulouse, les opérations similaires ont fonctionné car il ne s’agit pas de repousser les problèmes et les gens mais de les prendre en charge et de les intégrer».

Afin d’éviter de nouvelles installations et de rétablir l’hygiène, le campement va être détruit et l’espace sécurisé.

30 adultes et 16 enfants relogés

Une fois l’évacuation terminée, les personnes prises en charge ont été transportées au chapiteau des Ramiers pour une série de démarches administratives, d’orientation et d’accompagnement. Grâce à des interprètes, l’association Soliha a recensé les familles et les personnes isolées afin qu’elles puissent être relogées et admises dans un processus d’intégration. Pour certains, c’est un soulagement après plusieurs années de demandes de logement non satisfaites.

«On est arrivés à Blagnac en 2014 avec ma femme et on a eu trois enfants», explique Nikolov. «Je travaille en intérim mais je n’arrivais pas à obtenir de logements. Maintenant, on aura un appartement pour toute la famille. C’est ce qu’il nous fallait. On va pouvoir vivre comme des Français. Quand je suis arrivé de Bulgarie en 2001, j’ai d’abord dormi dehors à côté du Capitole. Maintenant, on va tous dormir au chaud».

Au-delà du logement, un diagnostic médical et social va être effectué sur chaque personne. L’apprentissage de la langue et la recherche d’un emploi font aussi partie des objectifs de ce dispositif.